Comment récupérer l’argent de la vente d’un bien en SCI ?

Publié le : 04 décembre 20237 mins de lecture

La vente d’un bien immobilier détenu par une Société Civile Immobilière (SCI) est un processus qui peut sembler compliqué pour certains. Les étapes à suivre et les démarches administratives à réaliser sont nombreuses. Pourtant, une bonne compréhension des mécanismes à l’œuvre et une organisation rigoureuse permettront de récupérer sans difficulté l’argent de cette vente. Voyons ensemble comment mener à bien cette opération.

Vendre un bien immobilier en SCI : les préalables

Dans le cas où vous décidez de vendre un bien immobilier détenu par une SCI, il convient tout d’abord de respecter certaines formalités préalables. Vous devez notamment informer les associés de la SCI de votre intention de céder le bien. Cette décision doit être soumise au vote lors d’une assemblée générale extraordinaire.

L’assemblée générale extraordinaire et la prise de décision

La convocation des associés à une Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) doit se faire dans un délai raisonnable avant la date de réunion, afin que chacun puisse avoir le temps de prendre connaissance des éléments importants et de se positionner sur la question de la vente du bien. Le procès-verbal de l’AGE mentionnant cette décision est indispensable, ainsi que le respect des règles de majorité telles qu’établies dans les statuts de la SCI.

Les démarches préparatoires à la vente

Après avoir obtenu l’accord des associés pour vendre le bien immobilier, il est nécessaire de réaliser certaines démarches avant de signer un compromis ou une promesse de vente avec l’acquéreur. Par exemple, il faut s’assurer d’avoir tous les documents nécessaires relatifs au bien en question (titre de propriété, plans, certificats…). De plus, vous devez effectuer les diagnostics immobiliers obligatoires, tels que le diagnostic de performance énergétique, le diagnostic amiante, le diagnostic plomb, etc.

La signature du compromis ou de la promesse de vente

Une fois les formalités préalables remplies, il est temps de procéder à la signature du compromis ou de la promesse de vente. Ces deux actes juridiques ont des finalités similaires et représentent l’étape intermédiaire entre l’accord de principe des parties et la réelle cession du bien immobilier.

Le choix entre le compromis et la promesse de vente

Il convient de choisir entre ces deux types de contrats en fonction des spécificités de votre situation. Le compromis de vente engage les deux parties (vendeur et acquéreur) de manière définitive, alors que la promesse de vente ne lie initialement que le vendeur. Elle laisse la possibilité à l’acquéreur de se rétracter dans un délai déterminé.

La fixation du prix de vente

Dans le cadre d’une SCI, le prix de vente doit prendre en compte la valeur vénale du bien immobilier et les éventuelles dettes sociales contractées pour son acquisition ou sa gestion. Il est important de veiller à ne pas fixer un prix qui serait non conforme aux valeurs du marché, au risque d’entraîner des conflits entre associés ou avec l’administration fiscale.

La signature de l’acte de vente définitif

Une fois le compromis ou la promesse de vente signé, il faut patienter jusqu’à la signature de l’acte de vente définitif chez le notaire. C’est lors de cette étape que sera réalisée la vente proprement dite, avec transfert de propriété et remise des clés au nouvel acquéreur.

Le paiement du prix de vente et des frais

Le jour de la signature de l’acte de vente, l’acquéreur doit fournir à la SCI le règlement du prix convenu, généralement sous forme de chèque de banque ou de virement bancaire. Par ailleurs, il devra également régler les différents frais liés à la transaction, tels que les honoraires du notaire et les droits de mutation.

La déclaration des plus-values immobilières

Dans le cas où la vente engendre une plus-value immobilière pour la SCI, elle doit être déclarée auprès de l’administration fiscale sur le formulaire n°2048-SCI. Un prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux de 30% sera alors prélevé sur cette plus-value, à moins que la société ne choisisse d’opter pour le régime de l’imposition sur les sociétés (IS).

Récupérer l’argent de la vente : distribution ou réinvestissement

Après avoir encaissé le prix de vente et effectué les différentes déclarations fiscales nécessaires, la SCI dispose alors de liquidités importantes. Deux options s’offrent alors à elle :

La distribution des bénéfices aux associés

Si les associés souhaitent récupérer directement leur part de l’argent issu de la vente, il est possible de procéder à une distribution des bénéfices. Cette opération doit être décidée lors d’une Assemblée Générale Ordinaire (AGO) et mentionnée dans un procès-verbal. Les sommes distribuées seront ensuite imposées entre les mains des associés, selon leur régime fiscal personnel.

Le réinvestissement au sein de la SCI

En alternative à la distribution des bénéfices, la SCI peut décider de réinvestir ces fonds dans de nouveaux projets immobiliers. Ce choix présente certains avantages fiscaux, notamment si la société est soumise à l’impôt sur les sociétés, car il permet de diminuer la base imposable et ainsi d’alléger la fiscalité globale.

En somme, vendre un bien immobilier en SCI et récupérer l’argent de la vente requiert de respecter un certain nombre d’étapes et de démarches administratives. En étant rigoureux et organisé dans la gestion de ce processus, vous aurez toutes les cartes en main pour mener à bien cette opération et profiter pleinement des fruits de votre investissement.

Plan du site